L’œil du photographe #19 - Bruno Le guen

Bruno Le Guen a accepté d’être le sujet de "L'Oeil Du Photographe"de ce mois-ci. Cette série d’articles associe une exposition virtuelle et une interview d'un photographe de la communauté G+Photographie.


Quelles ont été les étapes importantes dans ton apprentissage et comment es-tu arrivé à la photographie de portrait ?
Je me suis mis à la photo il y a un peu plus de trois ans, suite à l’achat d’un reflex, un pote photographe m’a dit; il y trois choses à savoir : vitesse, ouverture, iso. Voilà tu sais tout et j’ai fait avec. C’est en forgeant qu’on devient forgeron, n’est ce pas !
Par la suite, j’ai été voir quelques tutos (et les critiques de G+, mais j’en tiens rarement compte, rire) de techniques photo et de retouches, mais je ne suis pas fan de tout cela, surtout depuis que je me mets à l’argentique. J’essaie de limiter mon post-traitement, à l'équivalent argentique.

Faire un portrait c’est établir une relation humaine, est-ce une des raisons qui t'ont amené à ce choix ? Tu photographies principalement des modèles féminins, qu’est ce qui motive cette préférence (au delà du fait qu’elles sont charmantes) ?
Comme je l’ai dit plus haut je ne vais pas spontanément vers les gens ! Établir une relation humaine ? Certainement ! De quelle manière je ne sais, peut-être avec moi-même finalement… Car je ne dirige pas spécialement les modèles, je les laisse vivre en espérant capter quelque chose de naturel, de spontané.
Pourquoi les femmes ? J’ai un rapport différent avec les femmes qu’avec les hommes (j’ai été élevé par ma maman, peu de repères masculins et ceux que j’ai eu n’ont pas été des références…) ceci explique peut-être cela ! En plus, émotionnellement, les femmes expriment plus de choses, sans compter qu’une femme peut “jouer” avec beaucoup d’éléments, comme les cheveux, le maquillage, etc, etc.

As-tu une préférence pour le studio ou la lumière naturelle et pourquoi ? Le matériel est-il important pour réussir un joli portrait et qu'utilises-tu pour tes shootings ?
Lumière naturelle pour l’instant, car elle est tellement furtive (à contrario du studio où tout est calculé, mais je n’ai jamais eu l’occasion de faire des portraits en studio pour l'instant) qu'il y a tellement de possibilités, et j’ai encore tellement à apprendre par rapport à l’origine du mot photo : Peindre avec la lumière.
Important, oui et non : pour le rendu émotionnel non, c’est ce que le modèle va dégager et comment le photographe va être capable de fixer ce moment, paramètres (vitesse, ouverture…), cadrage (50, 85mm,...), environnement (lumière douce, dure...). Et oui, car pour avoir un flou important par exemple (un 135mm f2 c’est quand même pas donné à toutes les bourses), ou pouvoir monter en ISO, un minimum est requis malgré tout.
Mon matériel : un 5D mk III, 50mm 1.4 sigma art, un 85mm 1.8 canon essentiellement, pour les portraits.
Passes-tu beaucoup de temps à retoucher tes portraits et quels logiciels utilises-tu ?
Non, comme dit plus haut, peu de retouche : expo, contraste, les blancs, les noirs... un peu de dodge and burn si besoin. Je shoote bien évidemment en Raw, que je passe sous Lightroom et si besoin, Photoshop et DXO pack film.

As-tu des artistes que tu aimes particulièrement et qui auraient influencés ton approche photographique ?
David Hamilton, bien évidemment (ceux qui suivent mes photos comprendrons pourquoi, rire), également Sieff, Newton, Clergue,Vivian Maier, entre autres, mais plus par curiosité que par influence.
Merci à vous deux pour cet interview, cela fait 3 ans que je poste des photos sur G+ et c’est avec grand plaisir que j’ai appris que c'était mon tour d'être "dans l’œil du photographe".

Merci Bruno, d'avoir accepté de jouer le jeu... Vous pouvez poursuivre cette balade dans l'univers de Bruno sur :

Interview réalisée par : Evelyne Zeltner et Eric Gindre - septembre 2016