Cherchez, trouvez !

Trouvez rapidement une réponse pertinente à vos questions sur la photographie !

27 nov. 2015

L’œil du Photographe #12 - Véronique Bdt

Véronique Baudiot a accepté d’être le sujet de "L'Oeil Du Photographe"de ce mois-ci. Cette série d’articles associe une exposition virtuelle et une interview d'un photographe de la communauté G+Photographie. 



Peux-tu en quelques mots nous indiquer le choix des photos de ce portfolio ?
Il s’agissait de présenter les thèmes de ma palette photographique, que sont les scènes de rue, les ambiances, l’humour et l’humain.
Mes photos sont majoritairement en noir et blanc. Selon moi, le N&B préserve l’intention du photographe en centrant l’attention du regardant sur le sujet lui-même sans pollution d’éléments perturbateurs. Je privilégie souvent les plans rapprochés, les cadrages serrés, une manière d’aller à l’essentiel. Mon intention photographique doit se percevoir immédiatement.
Ta maturité photographique est assez affirmée. Quel a été ton parcours initiatique ?
Oh, je suis relativement novice en la matière. Il n’y a que trois ans que je me suis mise à la photographie. J’ai toujours aimé ce moyen d ‘expression mais jusque là, même si je ne déclenchais pas à tout va, mes photos étaient plus basiques, moins réfléchies. Par ailleurs, je n’étais pas correctement équipée et au niveau technique je n’y connaissais et n’y comprenais rien, alors ...
Et puis les choses changent, un déclic, des rencontres surtout m’ont permis de dépasser mes freins. Aujourd’hui j’avance grâce aux expositions, aux lectures, aux partages sur G+. J’ai découvert très dernièrement les photographes suivants dont le style résonne en moi : Harry Gruyaert, Erwin Olaf, Ralph Gibson.

Tu es très à l’aise dans la captation de l’anecdote, de l’instant. Est-ce intuitif ou as-tu une démarche technique particulière ?
Je ne suis pas du tout une technicienne, quelque soit les domaines, alors oui quand je photographie, je suis en mode intuitif, haute sensibilité, grande ouverture émotionnelle. La photographie est un prolongement de soi. J’apprécie l’humour décalé ou non, l’originalité. De fait, consciemment ou non, j’arrive à percevoir, isoler ces petites scènes de notre environnement.
La manta se met en selle

Quelle est ton intention ? A travers tes images, quelles émotions souhaites-tu procurer et/ou raconter quelles histoires ?
Je voudrais que mes photos interpellent, qu’elles suscitent un intérêt particulier, qu’elles interrogent. Pour l’instant, elles n’ont pas la force que je désire. Les thèmes choisis ne s’y prêtent d’ailleurs peut être pas tous. Quoi qu’il en soit, je ne veux pas qu’elles soient neutres. A chacun d’y voir ce qu’il souhaite, de ressentir selon son “capital”, ses références et ses codes.
Slurp !

Quelle est ta relation avec Paris ? Des quartiers, des coins de prédilection pour la pratique photographique ?
Je vis à Paris depuis 13 ans, seulement 3 ans que j’apprécie cette ville et la manière d’y vivre et de s’y fondre. Mes balades photographiques y sont pour beaucoup. Un nouvel oeil qui m’ouvre les voies du beau, de l’insolite, de la quiétude, de la vie en tous lieux. D’ailleurs, lorsque je pars dans un quartier avec l’intention d’y faire des photos, il est rare que je revienne satisfaite du résultat. Je fonctionne à l’instinct, mes meilleurs photos naissent du hasard des pas.
"Voituriochka"
la couleur quand elle est tout ou quand elle donne l'ambiance de la photo

Merci Véronique de t'être prêtée au jeu des questions réponses. Vous pouvez poursuivre cette balade dans l’univers de Véronique sur  Google+.

Interview réalisée par : Evelyne Zeltner et Eric Gindre - Novembre 2015