Cherchez, trouvez !

Trouvez rapidement une réponse pertinente à vos questions sur la photographie !

27 oct. 2015

L'oeil du photographe #11 - Fabrice Fontaine

Fabrice Fontaine a accepté d’être le sujet de "L'Oeil Du Photographe"de ce mois-ci. Cette série d’articles associe une exposition virtuelle et une interview d'un photographe de la communauté G+Photographie.


Tradition oblige maintenant, nous te soumettons la question rituelle à propos de ton parcours photographique et la naissance de cette passion.
J’ai commencé il y a une bonne quinzaine d’années avec un appareil Kodak EASY SHARE à 5mp que j’ai gardé assez longtemps sans bien savoir m’en servir. Au cours d’un voyage en 2007, j’ai essayé tant bien que mal de l’utiliser au mieux, pour finalement me rendre compte que cela était vain. Chaque cliché était mal exposé, mal composé, d’une netteté des plus médiocres et non représentatif de ce que mon oeil percevait. A ce moment précis, je me suis donc juré de progresser, de prendre des cours, et de m'offrir un matériel plus adapté dès que possible.
En 2012, quand un ami m’a montré quelques clichés effectués avec le Canon 60D, j’ai eu LA révélation. J’ai économisé et quelques mois après, cet ami m’a vendu son appareil. De là, je me suis investi. J’ai rapidement appris à le manipuler en mode manuel, à utiliser correctement la lumière naturelle, celle des flashs classiques, des flashs externes éloignés, puis celle des kits parapluie et des boites à lumière.
J'ai acquis ces connaissances en aidant et shootant sur des tournages avec quelques professionnels assez connus dans le milieu du mannequinat. Je pense notamment à Luigi Rome, à Michel Castellani et à Olivier Chauvignat qui m'ont offert cette opportunité, soutenu et épaulé dans mes débuts.
Ce milieu m’a beaucoup apporté, mais ce n'était pas mon domaine de prédilection, d'autres sujets m'attiraient, particulièrement le partage de mes émotions de voyage. A ce sujet, je citerais Peter Adams : “la grande photographie tient plus de la profondeur des sentiments que de la profondeur de champ”. En effet, je photographie car une émotion particulière se dégage ou apparaît, sinon je ne photographie pas. C’est pour moi la seule et unique raison de déclencher; la photo de voyage capture un moment souvent unique, impossible à reproduire, chargé d’émotions.

Ton intérêt pour les couleurs appuyées semble être un peu ta marque de fabrique. Peux-tu nous éclairer sur ce jeu de la saturation en général et la procédure que tu utilises ?
En effet, plus il y a de couleurs chaudes et vives, plus j’essaie de les capter. A moins de vouloir créer un effet ou faire ressortir un élément précis je rajoute de temps à autre, un filtre. Je ne touche jamais aux saturations à proprement parler, mais plutôt à l’étalonnage de l’appareil au niveau des bleus ou simplement à la luminance, en en atténuant certaines. Ce que j’effectue le plus souvent est tout simplement une légère sous exposition à la prise de vue (entre -0.5 et -1) ce qui met tout de suite les couleurs en valeur.

Quels autres domaines photos t’intéressent ou que tu aurais envie d’expérimenter ? 
Toujours en relation avec le voyage et les expériences nouvelles, j’aimerai m’essayer à la photo animalière. Elle englobe de nombreux paramètres auxquels je suis très réceptif. Comme l’approche, la recherche, l’affût, le respect de la nature sauvage, les grands territoires vierges de présence humaine mais aussi et surtout, la chance et l’émotion ressentie à pouvoir rencontrer au plus près ces animaux. 

Quelles sont tes principales sources d’inspiration, photographes ou autres ?
La beauté de la nature m’a toujours attiré. Je reste continuellement en admiration devant les clichés du National Geographic. Cette source d’inspiration regroupe les caractéristiques liées à la photographie qui me tiennent à cœur. Mais la source la plus représentative est un clip de Léo Rojas réalisé avec Tatiana Blue qui englobe ce que j’affectionne particulièrement comme cité précédemment : les couleurs vives, les paysages vierges et leurs faunes sauvages ainsi que la culture Amérindienne.
Merci Fabrice d'avoir pris le temps d'échanger avec nous. Vous pouvez poursuivre cette balade dans l’univers de Fabrice Fontaine sur Google+.

Interview réalisée par: Evelyne Zeltner et Eric Gindre - Ocotbre 2015