Interview de Guillaume Doyen, créateur de la communauté Astrospace

Nous avons entamé une présentation de nos partenaires avec l’interview “Des grenouilles et la photo”, mais saviez-vous que G+Photographie est aussi partenaire de la communauté Astrospace depuis plus longtemps encore ?

En effet, nous avons développé un partenariat qui permet à la communauté la découverte de l’astronomie par le biais de rendez-vous photographiques et d’articles sur le sujet. Derrière ce partenariat, il y a une personne que vous connaissez sans doute, +Guillaume Doyen, notre passionné d’astrophotographie. Nous avons donc décidé de vous présenter cet extra-terrestre plus en détails.

Guillaume tu es jeune, passionné d’astronomie, mais aussi de photographie. Depuis quand t’intéresses-tu à ces deux domaines et comment se sont rencontrées ces deux passions ? 
Il m'est très dur de trouver les raisons exactes qui m'ont amené à l'astronomie. Je dirais
que mon enfance m'a bercé dans cet univers d'étoiles et de galaxies. Mes livres documentaires ainsi que les reportages télévisés m'ont beaucoup apporté en matière de connaissance. L'observation visuelle n'est venue qu'après, car tout ce qui était dans les livres me paraissaient hors d'atteinte. Avec de simples jumelles, puis avec mon premier télescope 150/750 offert pour mes 14 ans, mes observations ont confirmé ce qui était écrit dans les livres. J'ai eu le déclic photo avec le bridge DSC-H1 de mes parents, puis avec un petit caméscope Sony, où la lune était au centre de mes travaux. L'arrivée d'internet lorsque j'étais au lycée m'a permis de découvrir de nouvelles infos, actualisées en temps réel !
Selfie étoilé à côté de vénus et de l'amas des pléiades - Guillaume Doyen

En admirant les belles images de la voie lactée en time-lapse et en lisant des dizaines d'articles, tutoriels sur la photographie nocturne, j'ai décidé de franchir le pas et de m'acheter mon premier reflex dans le but de capturer le ciel étoilé: le canon EOS 600D. Puis j'ai découvert le monde de la photographie principalement grâce à Internet, puis avec des rencontres “réelles”.  
Il y a deux ans, je partageais mon premier contenu multimédia sur la toile. Récemment la NASA a partagé ma photo de l'ISS et celle d'un cargo spatial. Il y a peu, la BBC a repris quelques unes de mes photos de la station spatiale internationale dans son émission The Sky at night
On me dit souvent que j'ai la tête en l'air, cela ne me surprend pas, car regarder le ciel en permanence, la journée ou la nuit, est devenu pour moi une habitude. 
Nébuleuse d'Orion M42 au téléscope - Guillaume Doyen

Tu es non seulement passionné mais tu as donné corps à ta passion par le biais de ta communauté Astrospace et d’un blog. Qu’est ce qui t’as poussé à créer une communauté et comment s’articule t-elle avec le blog ? 
Lorsque je me suis lancé sur Google+, j'ai fait connaissance de +Barbara Mouzat, elle aussi était fascinée par l'astronomie. Nous voulions tous les deux lancer un projet visant à faire découvrir cette passion au grand public. C'est là qu'est né AstroSpace. 
La lune au 480 mm - Guillaume Doyen


 Compte tenu de ce nom à consonance franco-anglaise, nous avons élargi notre rayon d'activité en introduisant la langue anglaise dans certains de nos posts. Quelques mois après le lancement, nous nous sommes aperçus que des personnes étrangères à Google+ étaient aussi intéressées par AstroSpace. De plus, j'avais en tête d’écrire quelques billets sur des phénomènes ou sur l'actualité astronomique. Le blog AstroSpace a été crée dans ce sens, afin de servir de passerelle vers la communauté mais surtout donner et partager des informations sur ces domaines scientifiques, en français comme en anglais ! La parution des articles étant mensuelle, nous aimerions bien être rejoints par d'autres rédacteurs.

Quelles sont tes deux plus belles rencontres (humaine et dans le ciel) depuis que tu t’es lancé dans cette aventure ? 
Un grand merci à Frédéric (qui se reconnaîtra), qui m'a conseillé dans le choix de mon matériel et qui m'a fait connaître des lieux, événements, et connaissances astronomiques.
A l'heure où nos télescopes permettent de voir des choses extraordinaires et inimaginables, un phénomène restera toujours magique et mémorable: l'étoile filante ou le météore. Rien n'est plus facile que de s'allonger dans l'herbe un soir d'été et d'admirer les perséides !
Etoile filante alpha capricornide pres de la voie lactée - Guillaume Doyen
Ma plus belle rencontre astronomique est très récente. En avril 2015, j'ai assisté à la chute d'une très grosse étoile filante. L'enflammement aura duré près de 4 secondes et aura fait de ce bolide (nom donné pour ce type de météore) l'objet le plus lumineux du ciel ce soir là ! Je trouve que c'est la chose la plus excitante en observation visuelle, car c'est une manifestation impressionnante et non figée comme la plupart des nébuleuses et galaxies à notre échelle de temps… 

Quels sont les astrophotographes et sites qui font pour toi référence ? Y’a t-il d’autres domaines de la photographie qui te passionnent ? 
Laurent Laveder, astrophotographe breton, qui reste une référence en matière de
panoramas nocturnes mais aussi de mises en scène lunaires. 
Serge Brunier, célèbre journaliste scientifique et grand maître de la voie lactée. 
Jean pierre Brahic, réputé pour ses clichés de notre étoile à couper le souffle ! 
L'équipe française Atacama Photographic Observatory ou l'astrophotographie de très, très haut niveau. L'astrophotographie m'a permis de découvrir la photographie. 
Je suis également attiré par le paysage (à forte dose ), la proxy-photographie ou encore l'architecture. Ces domaines sont loin d'être maîtrisés, c'est en quoi la communauté G+photographie devient une véritable source de connaissance et d'inspiration. 
Guillaume Doyen
Quels conseils donnerais-tu aux membres qui souhaitent faire leurs premiers pas en astrophotographie ? 
Exploitez au maximum votre matériel. En astronomie, du bon matériel
astrophotographique coûte cher, voire très cher ! Mais avec un simple reflex et l'objectif du kit 18-55 mm monté sur un trépied, on peut accomplir de surprenants résultats. 
Faites le test ! Inscrivez-vous dans un club astro à côté de chez vous. Ce sera l'occasion d'acquérir des connaissances mais surtout d'avoir l'opportunité de tester du matériel le plus souvent de bonne qualité. 
"A la vitesse sidérale" (photo circumpolaire) -Guillaume Doyen


Suivez des tutoriels astros. N'hésitez pas à aller fouiller sur les sites anglophones, bien plus riches généralement.
Réfléchissez bien avant d'acheter votre matériel : utilité, prix, rentabilité. Pensez au nombre de nuits favorables à l'observation, vous verrez qu'elles ne sont pas nombreuses, à moins de se trouver dans le désert d'Atacama au Chili. 


Merci Guillaume d’avoir partagé un peu de toi,de ta passion et de tes conseils. Vous pouvez le retrouver :

Interview réalisée par : Aurélia Cointre Mazni - Mai 2015