Cherchez, trouvez !

Trouvez rapidement une réponse pertinente à vos questions sur la photographie !

11 mai 2014

Personnaliser ses photos numériques en noir et blanc #1 - les bases

Eric Gindre  a accepté de nous faire un retour d'expérience sur sa pratique du noir et blanc. 

Exemple de traitement abouti
Ce petit article est un résumé d'un mode opératoire que j'ai mis au point à partir de mon expérience issue de l'argentique, associée à l'utilisation des logiciels de post-traitement d'images numériques. Il ne s'agit en aucun cas d'un dogme établi, mais plutôt de pistes et d'échanges autour du superbe media créatif qu'offre encore de nos jours le noir et blanc même en format numérique.

J'utilise et continue d'expérimenter 2 méthodes de traitement noir et blanc en dehors de la simple désaturation qui, sans une retouche approfondie des différentes composantes n'offre qu'une photographie souvent plate dénuée de sensibilité.
Il s'agit de la technique des filtres et/ou de la décomposition des canaux RVB. Couplées à l'ensemble des possibilités de paramétrage d'une photographie numérique, ces manipulations
permettent une infinité de choix. C’est un moyen de créer un univers personnel qui correspond à notre sensibilité et de rendre lisible l'émotion ou le message que l'on souhaite faire passer dans nos clichés.

Penser Noir et Blanc dès la prise de vue 

Bien qu’il soit possible de convertir toutes photos numériques en noir et blanc, le succès d’un tirage abouti dépend malgré tout d’une réflexion et de choix réfléchi dès la prise de vue.

Opter pour le format raw

Le format raw est certainement un pré-requis pour manipuler et éditer  ses clichés en noir et blanc. Il permet d'obtenir une finition de qualité et a le gros avantage d’être réversible. Gardons à l'esprit que le but final reste l'impression papier !

Il est bien évidemment possible d'utiliser la décomposition (la deuxième technique décrite) avec un fichier JPEG natif, mais ce format est destructeur. Il sera difficile de l'améliorer sans toucher à l’intégrité de la photo. J'ai constaté, par exemple, une augmentation du bruit.

Choix des tons et du contraste

Le succès d'un bon cliché noir et blanc repose essentiellement sur l'harmonie des valeurs tonales retranscrites. Plus le sujet sera contrasté et plus il y aura de possibiltés créatives. Privilégier donc les sujets en contre-jour, les oppositions tons clairs vs tons foncés, voir les juxtapositions fortes.
Des images peu contrastées donnent souvent des gris dits "sales" en noir et blanc.
Par contre, il faut se méfier des couleurs dont les valeurs tonales en gris sont proches. En version couleur, la juxtaposition de certaines tonalités des couleurs verte et rouge pourra être harmonieuse. On parle de la règle des complémentaires. Mais en noir et blanc les nuances transformées en une valeur de tons gris trop proches peut donner un résultat désastreux.

Choix de la sensibilité du capteur

Chose étonnante, il peut être judicieux de monter légèrement en ISO lorsqu’on destine sa photo à un traitement noir et blanc. Le léger bruit que produira la montée en ISO adoucira en même temps les correspondances entre les valeurs tonales. Cela signifie que si pour une photo en couleur vous privilégierez les 100 ISO, pour une photo en noir et blanc vous choisirez plutôt 200 ISO.

Lire les articles complémentaires